abonnement2
Recevez en vous inscrivant
un EBOOK GRATUIT intitulé :

"50 Secrets pour Manifester l'Abondance"
 

 

En vous inscrivant à l'infolettre, vous recevrez périodiquement et gratuitement une multitude d'outils, de stratégies puissantes pour vous aider sur le plan personnel et professionnel au fil des semaines. Vous serez aussi informé des activités publiques et des ressources disponibles pour optimiser votre santé, mieux-être, joie de vivre.

 

Merci de votre présence et bonne visite. 

Votre panier

 x 
Panier Vide

Comment ne plus se sentir victime

 

 

En tant que conférencière, formatrice, auteure en santé, mieux-être, joie de vivre depuis 22 ans, j’ai pu abondamment réfléchir aux différentes facettes de la réalité humaine. J’ai choisi aujourd’hui, de vous partager cette réflexion sur l’impact que notre rôle de victime, souvent bien inconscient, peut avoir sur la qualité de notre bonheur, de notre paix intérieure, de notre joie de vivre. Choisir d’être heureux, c’est une décision.

 

Effectivement, tant de personnes se sentent victimes des gens ou des situations. Et vous, est-ce que ça vous arrive de temps à autre ? Si oui, que faire ? On le sait, on ne peut pas être bien si on est devenu la situation, si on ressent un stress prolongé issu de surcharges émotionnelles, etc. On est tous sur la voie du cheminement et on fait au mieux en fonction de nos perceptions, de nos ressources. La vie est une constante invitation à la découverte de soi et je peux comprendre que ce n’est pas toujours évident de se libérer intérieurement. Voici donc quelques points de repère pour vous aider à transformer favorablement les choses qui peuvent affecter la mise en place de ce bonheur si légitime.

women-1023150 960 720

 

Les réactions de victimisation

 

Ce que j’appelle la « victimite », est en soi un mécanisme de défense qui opère souvent de façon bien inconsciente et garde la personne dans la souffrance. Son bonheur dépendant fréquemment du regard des autres, de leurs agissements, des situations, etc. Dans la vie, tant qu’on ne devient pas maitre de notre vie, qu’on ne prend pas la responsabilité de ce qu’on vit émotionnellement, on souffre. On n’a pas le contrôle sur les événements, mais on peut choisir de protéger nos énergies et libérer au mieux ce que ça réveille en nous.

 

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir ainsi ?

 

 

  • Contrôlé.
  • Non méritant.
  • C’est toujours à moi que ça arrive.
  • De vous plaindre de tout ce que les autres vous font vivre.
  • De faire du chantage motif pour obtenir ce que vous vouliez.
  • De voir les problèmes plus que les solutions, et trouver bien des excuses pour prouver que la solution ne peut fonctionner.
  • De prendre plaisir à faire sentir les autres coupables s’ils ne font pas les choses comme vous aimeriez.
  • De ressentir un profond sentiment d’impuissance, de dévalorisation.
  • D’attirer la pitié par des jérémiades, des pleurs.
  • De fuir les responsabilités.
  • De dire oui quand vous aimeriez dire non.

Toutes ces réactions sont bien humaines, mais pas tellement porteuses de bonheur. En fait, la personne qui se sent victime réagit et la personne qui devient responsable agit. La personne responsable cherche les solutions, la personne victime voit les problèmes.

 

A la lumière de tout ça, rien ne sert de se culpabiliser. Ce qui prime c’est de choisir d’être heureux et d’avancer sans cesse dans la direction souhaitée. Plusieurs m’écrivent de par le monde pour demander quelle est la recette pour aller mieux, se libérer du passé, etc. Il n’y en a pas. Tout est du cas à cas et ce qui est bon comme approche pour un, ne le sera pas pour l’autre.

 

Exprimez vos états intérieurs et favorisez l’écoute

 

Malgré tout, je dirais qu’il est essentiel dans un premier temps de s’autoriser à exprimer ses émotions, à les ressentir, les observer au lieu de les fuir dans milles et une distractions. L’idéal est de pouvoir parler avec une personne de confiance, de laisser sortir ce qui veut s’exprimer en vous, telles les peines, frustrations, expression de la colère (dans le sens d’oser d’admettre que ça vous arrive de ressentir ça et non frapper sur les murs), etc.

 

Verbaliser pendant quelques minutes, parler de ce que vous avez ressentis dans telle situation, le faire en « je » sans accuser qui que ce soit (ex : je me suis senti...), demander à l’autre de juste écouter et ensuite voir si des conseils peuvent être à propos et appliqués si désiré, mais juste ventiler ainsi, se sentir accueillir, laisser émerger au lieu de refouler. C’est de l’amour pour soi à l’état pur. C’est aussi se permettre de recevoir l’empathie, l’accueil que l’autre a pour nous sans jugement. Juste parce que c’est nous, en tant qu’être qui a un désir si pur de se réaliser avec bonheur et de Vivre au grand sens du terme.

 

Demander à l’autre de ne pas nous interrompre dans notre élan de partage, juste laisser l’empathie être et offrir ce même espace à nos proches par exemple. On ne devient plus bourreau ou victime, on devient des êtres qui se donnent le droit de ressentir et vouloir transformer les choses. Démontrer notre vulnérabilité c’est le début de la guérison de l’être qui a souffert.

 

Prendre réellement le temps d’écouter, de ressentir tendrement ce que l’on vit, ce que l’autre tente de nous exprimer, ouvre la voie vers la libération pas à pas. Oui de l’aide professionnelle peut aussi être utile parfois, mais à la base, il en va de l’importance de revenir à soi. Permettre à nos émotions d’être là, ça nous évite de se « victimiser », de faire du sur place et de s’enliser.

 

Petit exercice pratique

 

Je vous invite à écrire sur une feuille, les qualificatifs qui décrivent le mieux ce que vous percevez de la partie blessée de votre personnalité (colérique, triste, envieux (se), trop gros (se), négatif (ve), moins que rien, etc.). Imaginez-vous que ces mots seraient des étiquettes que vous vous seriez collées sur le corps depuis si longtemps. Qui a le pouvoir de retirer ces étiquettes ???.... et de les remplacer par des mots tels amour, joie, confiance, estime, sérénité, etc. ?

 

Seulement soi-même, quand on choisit de prendre la responsabilité de nos réactions face à ce qui nous arrive, on se libère. Sinon on se laisse envahir par la souffrance et on devient la souffrance. Oui on a tous vécu des choses difficiles, mais on fait quoi maintenant. On veut des résultats différents, il importe de faire les choses différemment. On a toujours le choix en tout…le choix de nos croyances, le choix de côtoyer telle ou telle personne, de faire tel travail, de chialer, de rire, de jouer, de maugréer ou dédramatiser, etc. Si on reste pris dans un scénario qui ne nous convient pas, on est dans le rôle de victime.

 

Il est important de se souvenir qu’on interprète toujours les évènements selon nos propres perceptions. S’occuper de soi, s’observer agir et réagir, se faire plaisir au quotidien, c’est la voie qui ouvre au bonheur. C’est tellement plus plaisant que de chialer sur tout ou rien, de critiquer la réussite des autres, etc. Que fait-on du temps que la vie met à notre disposition aujourd’hui ?

 

J’espère que ces brèves réflexions, vous aideront à laisser émerger votre réelle sensibilité et à faire des pas de plus vers le plaisir de vivre en paix de plus en plus au fil des jours.

 

Si vous avez apprécié cet article, il y a davantage de ressources qui font du bien sur ce site (vidéos, livres, CD, sur la dépendance affective, l’ego, etc.) et inscrivez-vous maintenant à l'infolettre gratuite (juste à gauche dans le site). Bienvenue aussi sur https://www.facebook.com/conferencierelinebolduc/

 

Il y a aussi le webinaire gratuit de deux heures intitulé: 7 stratégies gagnantes pour reprendre pouvoir sur votre vie sur ce lien www.realisermavie.com suivi de l'explication de la formation de 8 semaines avec Line Bolduc

 

Tous droits réservés

FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousStumbleuponGoogle BookmarksRedditTechnoratiLinkedinRSS FeedPinterest