abonnement2
Recevez en vous inscrivant
un EBOOK GRATUIT intitulé :

"Êtes-vous une personne qui aime trop? Les clefs pour arrêter de souffrir en amour"
 

 

En vous inscrivant à l'infolettre, vous recevrez périodiquement et gratuitement une multitude d'outils, de stratégies puissantes pour vous aider sur le plan personnel et professionnel au fil des semaines. Vous serez aussi informé des activités publiques et des ressources disponibles pour optimiser votre santé, mieux-être, joie de vivre.

 

Merci de votre présence et bonne visite. 

Votre panier

 x 
Panier Vide

La blessure de trahison et les personnes contrôlantes. Source de souffrance.

 

 

Comment s’en sortir ou s’en protéger !...et s'en sortir... si cela vous touche.

 

 

J’ai écrit différents articles sur les blessures de l’être. Lise Bourbeau a fait connaitre ces 5 blessures via son livre Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, mais les initiateurs de ces découvertes sont John Pierrakos, psychiatre américain et Wilhem Reich, psychiatre autrichien. 

Depuis deux décennies, j’ai abordé des thèmes touchant la santé, le mieux-être, les émotions et les blessures. J’ai pu remarquer que la connaissance des comportements qui y sont reliés aide grandement les gens à mieux comprendre leurs scénarios de souffrance et ceux de leur entourage.

 

À différents degrés, nous portons tous chacune de ces blessures que sont : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Toutefois, il arrive qu’une ou plus soient dominantes.  woman-1006100 960 720

 

Caractéristiques de la personne contrôlante

 

La blessure de trahison se crée entre 2 et 4 ans principalement et généralement avec le parent du sexe opposé qui a dévalorisé l’enfant ou l’a maltraité. Pour se protéger, il développera un mécanisme de défense appelé le masque et dans ce cas, ce sera le masque du contrôlant. Ce ne sera pas facile à vivre ni pour la personne qui le porte, ni pour l’entourage.

 

Il y a inconsciemment un besoin de : « Regardez-moi…» Le regard est plutôt séducteur voire intimidant.. C’est une façon de cacher certaines faiblesses, de ne pas montrer la vulnérabilité ni le manque de confiance présents.

 

Cette personne est très exigeante envers elle-même et envers les autres. Elle aime mener ses projets jusqu’à terme, sinon ce serait interprété comme un manque de courage, de ténacité. L’intolérance face à la lassitude des autres est remarquable, ce qui rend les collaborations avec autrui plus difficiles.

 

On remarque une personnalité forte qui aime avoir raison et dont l’ego prend bien de la place. Besoin de cacher la sensibilité oblige. Elle n’ose pas se confier facilement de peur d’être trahie et que ça se retourne contre elle.

 

Être premier en tout, c’est important. Elle osera mentir, manipuler voire être hypocrite pour garder son pouvoir et écraser tout rival. Elle n’aime pas parler de ses affaires mais se mêle de celle des autres. Cette personne fait difficilement confiance et bien souvent, réagit plus négativement avec les gens du sexe opposé. Elle est plutôt agitée et aime montrer ses accomplissements.

 

Un ton froid, dur peut être fréquent pour imposer ses points de vue, ses demandes. Les personnes sensibles auront bien de la peine de tout cela mais cette personne ne le voit pas nécessairement. La saine communication peut être déficiente. L’ego prend plus de place que la simplicité, que l’énergie du cœur. Elle aimerait que tout le monde endosse sa vision des choses.

 

 

Cette personne fuit les gens intenses, bien affirmés, car elle ne se sentirait pas en contrôle. Elle pourra couper la parole, mais ripostera fermement si elle se le fait faire. La domination est présente. En étant rapide dans ses actions, la tolérance envers les personnes plus lentes l’exaspère. La colère peut émerger tout comme lors d’attentes non comblées même si ça écrase l’entourage.

 

Son humeur peut varier vite. Tantôt lunatique, tantôt empathique, plein d’amour et vlan, la voilà colérique pour pas grand-chose! Toute situation si banale soit-elle, devient un évacuateur de la souffrance non conscientisée, au détriment de sa santé et du bien-être des gens tout autour.

 

En contrôlant, cette personne pense éviter les trahisons, mais ce contrôle est épuisant et lui en fait vivre amplement, envers elle-même d’abord. Difficile de profiter des joies de l’instant présent quand tout est mis en place pour se protéger. Quand tout est planifié espérant que les choses se passent comme désiré. Où est la place pour la flexibilité, le cœur d’enfant heureux, le lâcher prise, la joie profonde? C’est triste en fait de voir autant de souffrance.

Imaginez cela en couple, OUF !

 

Cette personne est apeurée par une séparation car pour elle, c’est la défaite. C’est comme laisser gagner l’autre et être trahi ou c’est comme trahir l’autre si cela vient d’elle. C’est un affront, puisque le sentiment de ne pas avoir le contrôle se pointe. Imaginez deux contrôlants ensemble… Il y aura de l’action et ce ne sera pas facile.

 

Sexuellement, la séduction demeure un besoin, une forme de revalorisation. Qu’advient-il quand les années passent? L’autre refuse les ébats, il y a sentiment de trahison.

À la lumière des recherches que j’ai pu faire, il y a un complexe d’Œdipe non résolu. Il serait trop long de développer cette avenue ici, je vous laisse le faire par vous-même. La peur de revivre la trahison de l’enfance domine le comportement souffrant. Le besoin de contrôle absolu demeure tant que les prises de conscience et l’aide ne sont pas au rendez-vous. De là, le désir de l’entourage de fuir, car ça peut devenir trop dur et avec raison.

 

Comment s’en sortir ?

 

Admettre le problème et aller chercher de l’aide.

 

S’observer agir et réagir pour diminuer la colère, les tensions.

 

Cesser de vouloir avoir raison encore et encore ; tout le monde peut avoir de bonnes idées et opinions.

 

Arrêter d’attirer l’attention comme un enfant qui fait une crise de mécontentement car oui, c’est l’enfant blessé qui agit dans un corps d’adulte.

 

Faire les choses par plaisir et non pour être mis sur un piédestal ou dominer.

 

Cesser de bouder, de faire du chantage, de blâmer les autres et devenir responsable de sa vie et de son bonheur.

 

Reconnaitre que l’ego est un faux maitre.

 

Si vous côtoyez ce type de personne souffrante, voyez ce petit enfant qui a mal et cela devrait enlever bien de l’emprise et changer vos perceptions. Inutile de vous soumettre, vous valez autant que qui que ce soit.

 

A travers ces réflexions bien sommaires, je souhaite avoir créer une ouverture à la transformation et aux prises de conscience selon les besoins de chacun. Je vous invite à poursuivre vos recherches pour vous en libérer si elle vous affecte.

 

Évitez tout jugement ou montée de colère en percevant ces caractéristiques. Je sais qu’elles ne sont pas évidentes. Il est important que ce ne soit pas accusateur mais plutôt révélateur de ce qui est à améliorer, à adoucir. Il faut les reconnaitre pour les libérer et retrouver la paix intérieure, enfin !

 

Pour plus de ressources, je vou sinvite à visiter ma bibliographie sur ce lien http://www.linebolduc.com/boutique/zone-livres

 

 

FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousStumbleuponGoogle BookmarksRedditTechnoratiLinkedinRSS FeedPinterest