abonnement2
Recevez en vous inscrivant
un EBOOK GRATUIT intitulé :

"Êtes-vous une personne qui aime trop? Les clefs pour arrêter de souffrir en amour"
 

 

En vous inscrivant à l'infolettre, vous recevrez périodiquement et gratuitement une multitude d'outils, de stratégies puissantes pour vous aider sur le plan personnel et professionnel au fil des semaines. Vous serez aussi informé des activités publiques et des ressources disponibles pour optimiser votre santé, mieux-être, joie de vivre.

 

Merci de votre présence et bonne visite. 

Votre panier

 x 
Panier Vide

Les causes de la jalousie et comment s'en sortir.

 

 

 

En ma qualité de formatrice en santé et mieux-être depuis de longues années, j’ai pu remarquer que ce sentiment fait encore mal à tant de gens. Autant ceux qui le portent que ceux qui le subissent.

 

Selon vous, est-ce que la jalousie est une preuve d’amour ? Pas vraiment, non. Je pense plutôt qu’il s’agit d’un petit enfant en soi qui est comme en manque d’estime et de confiance envers lui-même.

 

portrait-119851 1280

Étouffer l’autre par peur de ne pas être reconnu, c’est épuisant et indique probablement un vide intérieur, un manque affectif de longue date. Tout se met alors en place pour faire fuir l’autre, ce qui vient confirmer inconsciemment la notion de non-mérite, la présence fréquente de la blessure de rejet et d'abandon. Il y a un comme un mécanisme qui fait que la personne se dit : « C’est ça, encore la preuve que je ne vaux rien et que l‘autre est si ou ça…» La victimisation est présente, mais inconsciente bien souvent. Il y a profonde dévalorisation de soi.

 

 

La jalousie, une souffrance pour la personne qui la porte et celle qui la côtoie.

 

Il faut en arriver à dire « Jalousie, ça suffit   et agir en ce sens. Cela veut aussi dire que c’est assez de se faire mal à soi, si vous la portez, et qu’il est essentiel de vous faire aider au besoin.

 

En contrepartie, si vous attirez des personnes jalouses et bien il y a aussi place à la valorisation de vous fort probablement. Dans les deux cas, la base est similaire mais ne s’exprime pas de la même façon, ce qui fait que chacun s’attire et se fait mal sans le vouloir au fond de son cœur.

 

 

Tant que le bonheur ne prend pas sa source en soi, l’extérieur est une cage qui nous emprisonne. C’est comme si nos blessures créaient des failles dans lesquelles les autres peuvent entrer et venir faire écho à ce qui a besoin de se libérer en nous pour vivre pleinement libre et heureux.

 

L’amour n’engendre pas la colère, la peur, l’insécurité, la peine, l’inquiétude, l’ennui et autres sentiments de ce genre, mais la jalousie ouvre la porte à tout ça à différents degrés. L’amour multiplie le plaisir, la douceur, la paix, le calme, l’avancement, l’épanouissement. Donc, l’amour et l’estime de soi demeurent des bases incontournables pour vivre en équilibre.

 

La peur de ne pas être aimé

 

Dans tout le mélimélo affectif, il y a aussi des gens qui se sentent ainsi : « Je m’aime si je sens qu’on m’aime » et en contrepartie, ils se diront évidemment « Je ne m’aime pas si on ne m’aime pas. » Quelle souffrance !

 

C’est ce qui explique que les compliments soient si appréciés voire source de survie affective, car ils aident à se sentir plus beaux, plus intelligents, etc. Ils auront toujours leur place même si la personne a une solide estime d’elle-même, mais l’interprétation en sera différente. Pas surprenant que les personnes jalouse s’accrochent si quelqu'un leur montre de l’intérêt, car ils vont se chercher une forme d’identité à travers l’autre mais c’est sans les fondements principaux en soi maximisés. 

 

Il y a aussi les gens aux prises avec une forte blessure de trahison et le masque du contrôle qui les habitent, qui risquent de jalouser vos capacité et affecter votre estime personnelle en vous rabaissant, cette forme n'est guère plus acceptable. Ils vous enseignent à rehausser votre réel pouvoir personnel, c'est comme un cadeau mal emballé dans ce temps-là aussi.

 

 

Personne ne peut rendre les autres heureux s’il ne l’est pas lui-même au départ. C’est pourquoi, un couple ne peut être fonctionnel que si les deux parties sont équilibrées. C’est comme la pression d’air dans les deux pneus d’un vélo. S’il y a un qui est bien gonflé et l’autre dégonflé avec un trou dedans, ça va bloquer l’avancement.

 

Demandez-vous : « Pour être heureux, quelles sont les choses, les situations, émotions négatives ou les personnes que je suis prêt(e)s à abandonner ? »

 

On ne peut découvrir de nouveaux horizons avec les choses du passé. La jalousie est un signe de dépendance affective évident. La personne est davantage dans le besoin de s’attacher à un générateur d’affection, de reconnaissance et à une sensation de sécurité, parce que se le donner n’est pas évident, ne l’ayant pas appris en bas âge bien souvent.

 

Elle veillera donc jalousement – c’est le cas de le dire – sur son pourvoyeur d’affection, obsédé qu’on vienne le lui prendre et ce, autant homme que femme. Par contre, aimer, c’est laisser l’autre libre de vous choisir chaque jour s’il en a encore envie et vice versa.

 

Une personne qui a été rejetée choisira des personnes qui la rejetteront. Elle a appris à se sentir exister ainsi. Ce sont les blessures qui sont actives et la personne fait au mieux tout de même. Elle a mal et ne sait pas toujours pourquoi. Le manque de confiance engendre une petite voix qui vous dit que l’autre trouvera peut-être mieux que vous, parce que vous ne valez pas grand-chose et inconsciemment c’est comme si la personne se disait : « Ce n’est qu’une question de temps pour qu’il ou elle s’aperçoive que je n’ai pas confiance en moi. Je vais jouer le jeu le plus possible tout de même en tentant de contrôler pour avoir l’air fort ou forte. »

 

En même temps, la petite voix dit que vous devriez vous accrocher à lui ou elle, parce que personne d’autre ne voudra de vous. Comme si cette personne était votre dernière chance de bonheur, donc aucunement question de la laisser partir. Il y a juste sept milliards d’humains sur terre…comme si ce n’était pas possible d’en trouver un ou une un autre un jour si un changement de vie survenait. Prendre soin de soi avec douceur, amour et empathie enlève le besoin de contrôler.

 

La revalorisation de soi, un ultime cadeau

 

Avoir confiance, c’est reconnaître ses qualités, sa valeur sans l’approbation des autres. C’est avoir une attitude positive, savoir ce qu’on vaut et ce qu’on veut comme idéal de vie, mais sans la dépendance aux autres. Contrairement à la jalousie, l’amour c’est la liberté de choisir à qui vous voulez être fidèle et non l’obligation d’être fidèle à quelqu’un qui vous surveille jalousement.

Quelle joie d’en arriver à aimer sans vouloir posséder ! C’est là que l’autre se colle à soi, car le bien-être y est grand et chacun vibre au même diapason.

 

Extrait partiel de mon livre Se libérer de la dépendance affective disponible sur ce lien.  Il a aidé des milliers de personnes ayant mal en dedans de par le monde. Il peut vous aider grandement aussi.

 

Sur ce lien vous y découvrirez une multitude de ressources et vous pourrez vous inscrire dès maintenant à mon infolettre gratuite

 

Je vous invite également à venir rejoindre tout de suite ma page Facebook professionnelle où j’y présente bien des ressources profondes chaque jour. Merci et au plaisir de partager !

 

La formation Réaliser ma vie est aussi d'une très grande puissance pour aller de l'avant en harmonie  www.realisermavie.com

 

 

FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousStumbleuponGoogle BookmarksRedditTechnoratiLinkedinRSS FeedPinterest