Croyez-vous encore en l’amour ?

Je choisis de vous parler de ce sujet aujourd’hui, car je remarque dans ma pratique en tant que formatrice en mieux-être et joie de vivre, que c’est le thème qui fait toujours réagir les gens davantage et qui suscite le plus de souffrance ou de questionnements chez un grand nombre de personnes partout à travers le monde.

J’ai fait plusieurs articles qui touchent le rejet, l’abandon notamment, et qui révélaient l’impact de ces ancrages passés sur la capacité de se réaliser affectivement. J’ose vous dire que selon moi on peut toujours croire en l’amour.

Toutefois, ce n’est pas une pensée magique qui fait que le simple fait d’espérer va traduire le tout en histoire de princesse et de prince charmant. On a d’abord comme rôle de faire de profondes introspections et de carrément sortir de la victimisation pour y arriver. Oui, nous avons tous probablement vécu des expériences décevantes à ce sujet.

Plusieurs ont eu un passé difficile qui a pu être marqué de différents abus, violence, indifférence des proches, incompréhensions et j’en passe. Par expérience, j’ai pu voir que certains en émergent, d’autres non. Qu’est-ce qui fait la différence ?

Eh bien, j’ai pu constater – et ce sans jugement – que certaines personnes en viennent à se complaire dans l’accusation des autres pour justifier leurs insatisfactions que ce soit affectives ou autres. Ne trouvez-vous pas qu’elles laissent leur pouvoir personnel dans les mains des autres à ce moment-là ? Les « oui mais », les « ce n’est pas possible », les « je ne suis pas fait pour le bonheur », ne créeront jamais de l’extase de vivre, n’est-ce pas ?

Que fait-on alors pour favoriser une relation d’amour ?

Il est important que chacun de notre côté, nous ayons été voir en nous ce qui avait empêché cette pleine réalisation par le passé. Avoir la maturité de percevoir les personnes qui son passées dans notre vie ont été des acteurs dans cette pièce de théâtre de la vie et qui comme nous, ont fait au mieux avec la meilleure des intentions.

Nous sommes le dénominateur commun de tout ce qui nous arrive, qu’on le veuille ou non. Si une personne chiale allègrement et est empreinte de victimisation, elle attirera probablement des personnes qui la maintiendront dans ce comportement, qui lui donneront raison de continuer de se plaindre. Ça devient comme une forme de dépendance, de nourriture même si cette nourriture est malsaine.

Si une personne est de nature soumise ou non méritante, elle attirera peut-être des manipulateurs. Si la personne est en quête de tendresse et d’amour à tout prix pour combler un vide, elle attirera une personne semblable et ce sera difficile car les deux veulent combler un manque.

Oui on a tous besoin d’amour et de tendresse, mais quand c’est comme une urgence, un manque dont les racines n’ont pas été conscientisées, ça empêche le bonheur et c’est sournois. Ça peut prendre de l’aide pour y voir plus clair car les mécanismes de l’inconscient sont parfois complexes, j’en conviens. De là, l’avantage de s’observer agir et réagir au quotidien et de se donner un objectif de bonheur et de focaliser dessus comme un athlète qui s’entraine et donne le meilleur de lui-même.

Quand une relation va bien, on ne ressent aucun contrôle sur l’autre parce qu’on a appris le respect de soi d’abord, donc il y a respect mutuel. Il n’y pas de jeu de séduction pour attirer l’autre dans ses filets, non c’est le charme naturel, corps, âme, esprit qui attire les deux êtres qui ont purement le gout d’être ensemble, c’est l’amour pur et on le sent d’instinct qu’on a enfin fait le bon choix tant cela devient facile.

Donc quand je vous interpelle à savoir si vous croyez en l’amour…qu’est-ce qui émerge en vous ? Croyez-vous que vous possédez les atouts pour préparer votre espace-cœur à recevoir ce bonheur ou à le perpétuer si vous êtes déjà dans une relation merveilleuse ?

Il n’y a pas une personne pareille, pas une histoire semblable. Certains choisiront le célibat par peur d’avoir mal ou pour quelque autre raison. Certains se donneront la chance de rencontrer une ou plusieurs personnes dans leur cheminement de conscience en ce sens afin de vérifier en conscience si elles sont ou non dans le respect d’eux même. L’important est de savoir ce qu’on veut et d’être capable de se l’offrir et de l’offrir aussi.

Vous comprendrez que ce sujet pourrait faire l’objet d’innombrables livres et que ce texte se veut un simple repère pour faire des choix en accord avec soi et apprendre à faire de la place en soi pour cet idéal. Pour en savoir plus, je vous suggère mon livre « Se libérer de la dépendance affective. Comment aimer sans se perdre » disponible sur ce lien https://canada.linebolduc.com/categorie-produit/livres/

C’est un guide pratique super pertinent pour vous aider à préciser vos besoins affectifs, cesser les scénarios de souffrance et enfin créer votre vie de plus en plus en accord avec votre idéal de bonheur.

Venez me rejoindre sur ma page Facebook ! https://www.facebook.com/conferencierelinebolduc/

 

Line Bolduc
Auteure, Conférencière, Formatrice
Bonheur au travail | Joie de vivre | Réalisation de soi

 

 

 

 

Tous droits réservés

 

Laissez-moi un commentaire plus bas 

Laisser un commentaire