• Qu’est-ce qui est fait dans votre milieu pour soutenir la reconnaissance ?
  • Est-ce que le personnel et la direction font équipe, main dans la main en ce sens ?
  • Y a-t-il auto responsabilisation de tous et chacun envers sa propre valeur sans trop de jeux d’ego, mais bien par estime personnelle ?
  • L’intelligence émotionnelle y est-elle enseignée autant en RH, en gestion, dans es équipes ?

Tout le monde a besoin de se sentir apprécié, reconnu. Je peux voir encore à ce jour, même si ça évolue pour le mieux, que ces fondements peuvent tellement être encore améliorés bien souvent.

Le bien-être au travail part de soi d’abord et se vit via un engagement porteur d’épanouissement. Parfois, l’intelligence émotionnelle n’étant pas si spontanée ou acquise, elle pose un défi autant pour l’adaptabilité des gestionnaires, que pour le personnel. Il est important de voir à se ressourcer et avoir une pleine conscience de ce qui se vit en soi et dans notre environnement.

Vous avez la terre entière pour aller travailler. Pourquoi êtes-vous à cet endroit ?

On a toujours le choix du type de travail que l’on fait, mais sur quoi est basé ce choix ? La peur du changement, les défis, les qualités humaines de l’organisation, le salaire seulement, l’expression de nos talents, de notre créativité, le plaisir avec les collègues… Bref la liste pourrait s’allonger.

Peu importe l’endroit, un message de fond demeure.

  • S’intéresser à la personne pour qui elle est d’abord.
  • Prendre soin de soi, apprendre à mieux comprendre notre monde intérieur.
  • N’est-ce pas le niveau de communication à valoriser ?
  • Quels sont les hobbys de cette personne, s’informer d’elle pour qui elle est en écoutant, en ressentant ce qui est dit et perçu.
  • Une petite attention à une personne qui va moins bien, un regard de compassion
  • Comment pouvez-vous faire la différence dans la vie de quelqu’un aujourd’hui, y compris la vôtre ?
  • Vous permettre de vous accueillir vous-même avec sensibilité et humour même.

Devenez des semeurs de joie. Malheureusement, le manque d’intelligence émotionnelle peut favoriser des affronts avec le mental et limite la créativité, le bien-être, la confiance.

Selon ce que j’ai pu observer, le manque de reconnaissance, de fluidité et de joie, sont la cause de bien des démissions. Nous ne sommes pas des numéros, mais des êtres qui veulent fondamentalement s’épanouir et le travail en fait partie.

Qu’est-ce qui fait wow ou qu’est-ce qui manque dans votre quotidien ? (Couple, santé, vie professionnelle, familiale, sociale…)

C’est tous ensemble qu’on peut créer un climat de bonheur et de bien-être pour tous. Certes, les gens n’ont pas tous la même éducation, les mêmes visions de l’épanouissement.

  • Toutefois, nous ne sommes pas un diplôme.
  • S’Identifier à l’aspect professionnel est un facteur de risque majeur.
  • Le diplôme ne peut rien contre la maladie, le burnout, la perte d’un être cher.
  • Quel sens est vraiment donné à notre vie…
  • Plusieurs ont peur d’aller explorer leur sensibilité et ont besoin de se montrer performants à outrance. C’est bien, mais pour quoi, pour qui en bout de ligne.
  • La notion de santé, d’estime, d’amour, de leadership conscient envers soi d’abord est primordiale.
  • Un quotient intellectuel fort est un bel outil, mais à mon sens, il doit être accompagné d’un quotient émotionnel équivalent pour être à l’écoute de soi et des autres. Ces sphères de la vie étant bien entendu tout aussi importante pour créer harmonie et bien-être durable.

Une étude publiée par AFP le 10/04/2018 mentionne que « Globalement, les Français en emploi sont satisfaits (72%) de leur travail, des relations avec leurs collègues (88%), leurs supérieurs (72%) et leur direction (64%), selon cette enquête Odoxa/Dentsu Aegis Network pour franceinfo. Toutefois, si 84% d’entre eux ont le sentiment de faire un travail « utile« , seuls 49% estiment que leur travail est « reconnu à sa juste valeur« . Et 59% ne considèrent pas avoir des « perspectives d’évolution motivantes« . »
Source : https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/les-francais-en-manque-de-reconnaissance-au-travail_1998899.html

A mon sens, la reconnaissance se vit par la chaleur humaine, la saine communication, les sourires, l’entraide, tout en prenant plaisir à se réinventer tous ensemble.

 Pensez maintenant aux gens qui ont croisé votre route.

  • De qui vous souvenez-vous le plus ?
  • Possiblement ceux qui ont fait une différence heureuse pour vous et qui vous ont fait sentir bien. Ceux qui vous ont inspiré à optimiser votre propre bonheur.
  • Ceux qui vous ont fait confiance, qui ont eu un bon mot au bon moment, qui vous ont fait rire…
  • Êtes-vous ce ceux-là pour les autres ?

Quand l’ambiance est décevante qu’est-ce qui se passe ?

Les risques d’état moroses, de démotivation, d’absentéisme, de présentéisme, de mauvaise humeur, de perte de sens en font partie. La performance globale et le rayonnement de l’organisation s’en ressent aussi.

Selon ce que j’ai pu observer en coaching d’affaire perso et dans les organisations où j’ai œuvré en conférence et formation pour le bien-être, joie de vivre et bonheur au travail, les gens disent que ce serait même encore plus difficile que les périodes de surcharge de travail.

  • Rayonner
  • Complimenter
  • Savourer la vie
  • Remercier
  • Rire, sourire, ça inspire aussi les autres à prendre ce mouvement !

Ça devient un collectif qui rend l’organisation vibrante et par le fait même, attractive pour la rétention des talents. Les gens en RH sont aussi de plus en plus affectés par ce tournant majeur qui se vit. On est à l’heure d’un grand changement de conscience organisationnelle…enfin !!!

Bonjour, ça va ? Une phrase souvent vide de sens

Quand on pense en termes de saine communication et de joie de vivre partagée, combien de gens vous demandent « Comment ça va » et se fout royalement de la réponse.

C’est comme donner une poignée de main à une personne et s’attarder à celle d’à côté en même temps, au lieu de la regarder dans les yeux. On serait mieux de ne pas l’avoir. C’est désagréable et un réel manque de délicatesse pour ne pas dire de politesse.

Mais si vous regardez une personne dans les yeux en lui demandant « Comment vas-tu » mais que ça vienne du cœur et prendre le temps de bien ressentir le retour, oh que ça ne vibre pas pareil ! C’est vivant, attentionné et ça fait sentir apprécié.

Se reconnaître pour qui on est d’abord, pour nos performances professionnelles certes, pour la fierté de nos dépassements à tous les niveaux, nos attitudes, notre façon positive de penser et d’agir, pour des défis de vie relevés, des réalisations toutes simples, ça fait du bien.

Le salaire souhaité en fait partie, le soutien des collègues, de la direction, des proches aussi bien entendu. Tout ça rend la vie plus douce et wow.

On se doit aussi bienveillance envers soi quand des choses plus difficiles se pointent. S’accueillir sans dureté, mais tout en douceur, pour mieux avancer et transformer les choses avec résilience au besoin. L’attitude dans la vie est aussi importante que les aptitudes.

Se sentir sous pression est également aux antipodes de la reconnaissance. Comment être bien si ce manque de respect de nos limites est atteint ?

Et si chaque matin était une nouvelle occasion de créer du bonheur, du plaisir et du bien-être, au cœur de soi et des autres outre les tâches classiques…

Je vous invite à prendre plaisir à vous faire du bien et à être des générateurs de bonheur, de rire et de joie. http://linebolduc.com/corporatif/

 

Quelle est votre aptitude à LA JOIE ?
Entrez votre courriel pour recevoir mon ebook gratuit (et mon infolettre)
C'est fait !
Surveillez vos
courriels !