Tout d’abord, c’est quoi pour vous l’intimité et comment ça se vit pour vous ?

Pour certaines personnes ce sera la relation sexuelle, pour d’autres une saine communication ou la capacité d’être authentique envers soi et l’autre par exemple. Toutes ces réponses sont bonnes. Toutefois, une majorité de gens ont mal en dedans par rapport à l’expression de leur féminité ou masculinité. Comment se passe cette facette de votre vie quand vous vous posez la question dans votre for intérieur ?

Avez-vous réellement le sentiment d’être une personne pleinement épanouie, capable de comprendre les émotions de l’autre et les vôtres, de vous soutenir en ce sens, de comprendre vos nombreuses différences hommes-femmes autant dans la communication qu’au niveau de la relation intime ? Tant de distances bien souvent, et tant d’incompréhension.

Beaucoup de femmes ont mal en lien avec leur féminité, dans leur corps et dans leur être et même chose pour les hommes, par rapport à leur réalité masculine, sans avoir de réponses à ces dilemmes intérieurs.

Comment percevez-vous la sexualité ?

Selon vous, faites-vous partie de cette majorité de gens qui ressentent ce conflit intérieur avec leur féminité ou leur masculinité ? Vous reconnaissez-vous parmi ceux ou celles pour qui la sexualité a été réduite à l’aspect physique principalement, ce qui laisse un sentiment de déception au plus profond de soi, car la dimension globale de l’être n’est pas toujours nourrie dans cette approche qui risque d’être plus superficielle.

Plusieurs femmes vont se sentir tristes, déçues, non comblées dans une telle façon d’aborder leur intimité et tant d’hommes vont en vivre tout autant, ressentir une anxiété de performance, un sentiment de ne pas pouvoir rencontrer une femme harmonie. Même chose pour les femmes.

Il y a quelque chose de grand en nous qui aspire à un plein bonheur et à un tendre partage relationnel, mais la réalité est si différente peut-être pour vous aussi. Vous arrive-t-il de vous sentir contracté-e, pas à la hauteur, avec de la peur, de la fuite de l’intimité même pour ne plus avoir mal, manque désir, une pulsion de vie moins pétillante en général ? D’autres tomberont dans l’excès qu’on pourrait appeler hyper sexualisation pour se sentir exister. Inutile de culpabiliser, ce sont des mécanismes de survie inconscients, mais qui peuvent se transformer favorablement.

Vous avez peut-être vécu des abus dans votre vie, du langage grossier et dégradant, de l’intimidation à caractère sexuel, de la non reconnaissance, de la violence même et cela a blessé la féminité ou la masculinité en vous, le petit être ou l’adolescent-e que vous étiez ou l’adulte actuel. Vos émotions et votre corps vous parlent dans tout ça et veulent votre attention, mais comment faire ?

Voici 4 clefs précieuses pour une relation harmonieuse avec soi et l’autre.

  1. Pouvoir identifier ce qui vient blesser votre être profond et vous empêcher d’être vraiment bien en amour et dans l’intimité.

A ce sujet, il est important de se libérer des non-dits, oser se choisir avec bienveillance, aller à rencontre de ce qui est enfoui en soi. C’est une invitation à accueillir ces parties blessées par votre histoire de vie et ajouter des ressources pour avancer librement. En apprenant et en osant  faire des choix qui créent amour, bien-être, respect, libération et joie au cœur de soi tut se transforme et vous recommencer à vibrer votre beauté, votre essence par amour pour vous d’abord.

  1. Identifier les peurs et croyances limitatives qui vous maintiennent dans d’anciennes programmations limitatives.

Est-ce que la peur de ne pas être compris-e par les femmes ou les hommes est bien présente ? Si oui, attirez-vous des gens qui vous font vivre exactement ça ? Ce n’est pas un hasard. Cette programmation peut se dénouer comme toutes autres, mais elle vous amène malheureusement à vivre ce que vous croyez inconsciemment, même si ce n’est pas ce que vous désirez.

Prenons un exemple. Avez-vous la croyance que la sexualité se vit surtout au niveau de l’aspect génital ? Si oui, les déceptions risquent d’affluer. Qu’en est-il de la place que la douceur, de la lenteur, de l’amour, de la communication, de l’amour, de l’accueil des grandes différences hommes femmes, de l’éveil global de l’être notamment, qui font vibrer le couple (corps, âme, esprit) dans une énergie indescriptible ?

  1. Être à l’écoute de votre corps et de vos états intérieurs

Est-ce aisé ou pas pour vous d’accueillir vos sensations, vos sentiments de vulnérabilité, de relâcher des tensions émotionnelles ou physiques, de vous ouvrir au plaisir en général dans votre vie ? Pensez-vous plus aux autres qu’à vous ? Pleurez-vous en silence ou intérieurement ou c’est une joie débordante qui vous anime ?

L’intimité se vit d’abord avec soi, pour ensuite vibrer joyeusement avec l’autre. Elle invite à la lumineuse réceptive corps, âme esprit. La nudité globale (émotionnelle et physique) avec soi, demande un grand accueil, car nous ne sommes pas que notre corps, mais à la fois toute notre histoire, Celle-ci détermine nos états intérieurs. Ils seront merveilleux ou lourds, en fonction de notre avancement qui demande à ajouter de nouvelles ressources pour s’en sortir. J’ai tellement eu à la faire aussi.

S’apprivoiser soi-même, se donner ce droit d’être vulnérable en tous points, c’est le début de la liberté et de la force intérieure. On lâche prise sur le besoin de bien paraître, de performer, ou de se soumettre à une telle façon de faire qui ne nous convient pas, par exemple. Être à l’écoute de soi, c’est comme un rituel d’amour quotidien, au cœur de cette relation tendre que l’on a avec soi, dans toutes nos dimensions (émotionnelle, spirituelle et physique). On est invité à retrouver l’accueil vibrant pour qui l’on est et notre histoire personnelle. C’est la voie du bien-être et de la transformation durable.

  1. Relâcher les cuirasses qui se sont incrustées dans le corps dues à des charges émotionnelles et perceptions difficiles dans notre vie

Les cuirasses sont des émotions cristallisées dans le corps. Par exemple, si une femme ne s’est pas sentie reconnue ou comblée dans ses besoins quand elle était petite, elle pourra inconsciemment ressentir les impacts de cette cuirasse (contraction, durcissement dans le corps) au fil du temps, ce qui lui donnera l’impression d’avoir des réactions de survie, passant du désespoir à l’impuissance.

Elle se dira : Que puis-je faire pour être aimée ? Que dois-je faire pour être acceptée ? Que dois-je faire pour me faire pardonner car je n’ai pas dû être correcte ? Les hommes aussi sont touchés par ça. Cette personne développera des attitudes du style : Pour être aimée, je dois être ainsi; je dois accepter ceci ; je dois me taire ; pour être entendue je dois pleurer, crier…

Le corps en portera la trace. Elle pourra être portée à des tensions dans le cou, dans des muscles profonds…Comme une raideur, une froideur au coeur de soi qui ne demande qu’à être enveloppée d’amour. La personne pourra aussi ressentir un vide, de la déception affective, etc. C’est donc une avenue à explorer avec douceur et amour pour soi.

En résumé, on a le rôle de protéger notre polarité féminine et masculine (on a tous les deux en soi, hommes et femmes), pour enfin rayonner pleinement. C.’est important d’ajouter de nouvelles connaissances et faire des introspections pour y arriver. On peut mentir aux autres, montrer une façade s’il y a lieu, mais pas à soi. Le corps réagit à tout ça. Il le fera avec du positif aussi, heureusement.

Pour survivre au mieux, le corps accumule des couches de tensions, de non-dits, des protections, des armures remplies d’ego, d’émotions difficiles. Ça pourrait aussi être des impacts dus à du contrôle ou des sentiments d’impuissance par exemple. La légèreté n’est plus ressentie ou ne l’a jamais vraiment été.

Certaines femmes ont peur de rayonner leur féminité (bien différent de l’apparence, mais un état d’être à la base) ou leur masculinité plus sensible pour les hommes. Une espèce de non autorisation ou de manque d’outils pour y arriver.

Le corps pourra crier au secours (seins, prostate, ovaires, intestins, coeur, etc.) pour faire entendre le message des profondeurs de l’être. Pourtant, la force de rayonner librement est dans l’exploration de ces dimensions enfouies, qui sont comme des petits enfants apeurés en soi. Certaines personnes pensent que c’est de la faiblesse. Au contraire, c’est une source de renaissance heureuse.

Dire non à ce qui ne nous convient pas, écouter nos besoins, choisir de vivre une relation avec soi et l’autre qui soit épanouie (amoureusement, sexuellement, spirituellement, etc.) est un besoin légitime et peu de gens y ont accès pleinement dû aux entraves mentionnées ci-haut.

Savoir poser nos limites, prendre les devants par exemple au niveau d’une approche plus tantrique si désiré, plus vaste, faire place à une saine communication, au rire, à la joie, ne sont-ils pas des avenues différentes et porteuses de bonheurs inexplorés ?

Si vous n’arrivez pas à dire non en mots, c’est le corps qui le dira et ce seront les cuirasses qui domineront. Voici un bel exemple de ça. Faire l’amour avec amour, en ressentant que l’autre a une ouverture autre que juste génitale, permet au cœur et au corps de la femme de dire oui doucement et de se sentir sécurisé, sinon, le corps bloquera dans une majorité de cas pour celle-ci. Les rigides gardiens intérieurs (cuirasses) vont s’activer.

Rester dans une situation qui ne convient pas et tout garder en dedans relève du même principe. Le corps va se faire entendre, car il est le messager de vos émotions. Quand il se fait entendre, ça fait longtemps que ça fait déjà mal en dedans, que vous aviez de la peine, des incompréhensions ou autres. Finalement, si ces propos ont trouvé écho en vous, je peux vous aider à travers ces différentes ressources.

Une série de 4 rencontres sur tous ces sujets, en direct, en ligne (spécial femmes), a débuté mardi 28 juillet sous le thème « Du féminin blessé à la liberté intérieure. A la rencontre de votre énergie amoureuse, sensuelle…et sexuelle. »

La prochaine rencontre est aujourd’hui 4 août, donc vous pouvez quand même nous rejoindre dans ce cercle de femmes si touchant et hautement transformateur (amour, sexualité, sensualité, cuirasses de l’être, outils de libération…) même si vous avez manqué la première mardi le 28 juillet. Je vous enverrai le replay de celle-là une fis votre inscription faite. Cliquez ici pour en savoir plus

 

Pour femmes et hommes… Avec plus de 25 ans d’expérience sur l’art de défaire ces limitations internes, je peux vous aider à déprogrammer ces choses en coaching PNL (programmation neurolinguistique), en ligne et c’est très efficace et ultra rapide. Cliquez ici pour en savoir plus et voir la vidéo.

Important. Pour vous messieurs, vu que je n’ai pas de formation en ce sens pour les hommes spécifiquement, on peut déprogrammer des difficultés en coaching.

 

Merci pour votre présence et si vous trouvez une valeur ajoutée à cet article et ses ressources, merci de partager à toute personne que ça pourrait aider ou sur vos réseaux sociaux.

Line 🙂