On fait le nettoyage de notre maison de façon périodique, on change notre voiture d’huile, mais qu’en est-il de notre intériorité personnelle ?

Il est possible que les zones d’ombres en soi puissent être négligées. Que ce soit par manque de temps, d’envie ou de ressources, l’inconfort enfoui n’est pas moins présent. Tant de gens ont davantage peur de la mort, de la maladie, des problèmes au lieu de mettre leur énergie sur le désir de vivre pleinement et de se libérer tout en reprenant leur plein pouvoir personnel. Manque de ressources, de temps, bien des raisons, mais pourtant, le temps passe et qu’en est-il de la légèreté intérieur, du bonheur grandissant de la sécurité intérieure ?

On peut mentir aux autres sur ce qui se passe en soi, nier, donner une belle façade, mais les non-dits, les déceptions amoureuses, sexuelles, les peurs, les croyances limitatives et autres, on les ressent s’il y a lieu et ça fait mal.

Si vous aimez que votre milieu de vie, que votre maison soit ensoleillée, bien entretenue, est-ce par amour, plaisir ou rigidité ? Je vois bien souvent des gens dans un extrême ou l’autre.

Je le vois en coaching entre autres, qu’autant des hommes que des femmes, se font une obsession du ménage, sont exigeants envers les proches et eux-mêmes en ce sens. Il y a de la colère pour certains même, comme trame de fond, car la sensibilité en soi est coupée et la survie s’exprime par l’extérieur sur un fond de rigidité.

Des exigences parentales (sans culpabilisation, on regarde les faits) ont pu mettre une telle charge sur l’enfant par le passé. Ainsi, plus tard, le ménage intérieur n’ayant pas été fait ou conscientisé comme une nécessité incontournable, fera que ça va crier au secours en dedans. C’est bien mettre de l’ordre pour le plaisir d’un bon milieu de vie, mais l’amour, la sérénité, la saine communication doivent avoir la première place.

Dans notre maison, on élimine la poussière, les toiles d’araignées, les saletés, mais qu’en est-il des émotions difficiles, de la souffrance affective, de l’anxiété, de l’état de santé, etc. ?

Si notre maison est notre reflet, que nous dit-elle comme message ? Est-ce un indicateur de changement ?

Si on se crée un environnement chaleureux, joyeux, on se l’offre par bonheur et c’est notre intérieur, notre essence qui s’exprime agréablement.

Rien ne sert d’avoir une belle grande maison bien rangée si l’amour de soi, les déprogrammations des nœuds du passé et l’amour des autres et la saine communication ne sont pas au rendez-vous !

Notre cheminement, notre évolution personnelle et sociale nous invitent à se donner de nouvelles ressources, de nouveaux points de repère, de nouveaux points de vue, prendre du recul, poser des actions différentes pour avancer plus librement, sinon on stagne. Les peurs et les croyances reliées au passé nous limitent. Soyons des libres penseurs capables de rebondir. Rester dans le statu quo, se serait comme penser que la terre est plate et qu’internet est illusoire. Tout ça pour dire qu’il est essentiel d’explorer nos recoins intérieurs, se faire aider au besoin.

Prendre plaisir à mettre de l’ordre dans des factures, dans les armoires, le garage, c’est important et nécessaire pour envoyer un signal positif d’abondance et d’harmonie à notre inconscient. Même chose en ce qui concerne l’importance de nettoyer nos vieilles émotions difficiles si bien enfouies et qui briment le bonheur (amour, santé, sexualité, abondance, etc.).

Comme on jette ce qui ne nous est plus utile, il est important de faire de même intérieurement et s’autoriser à se choisir et s’alléger avec bienveillance et amour. Comme une fin de cycle.

Chaque jour nous offre la chance de semer quelque chose de nouveau pour des lendemains heureux. Demain sera à l’image d’aujourd’hui, en lien avec ce qu’on met en place.

Quand la peur du vide, du manque, du silence révélateur se pointe, ne restez pas seul-e, faites-vous aider au besoin, parlez à ces parties de vous, allez à leur rencontre, comme un petit enfant qui a besoin de soutien.

Lors du confinement par exemple, plusieurs ont eu peur d’affronter les zones d’ombre intérieures et ont dépéri et d’autres y sont allées à fond et en ont profité pour renaitre. Sans culpabilité, mais juste pour dire qu’on a toujours le choix.

Ce qu’on a toujours voulu éloigner, ignorer revient frapper à la porte pour être libéré tôt ou tard. Si on n’écoute pas ces signaux, la santé globale peut s’en ressentir.

Remettez le plaisir, la joie et le rire en avant plan. Faites-vous aider pour déprogrammer ce qui vous limite que ce soit en amour, en lien avec l’abondance, la santé, les peurs, etc. afin de rebondir et ressentir votre pleine puissance intérieure fièrement.

Amusez-vous à vous faire du bien.

Pour vous aider à dénouer ce qui vous fait mal, je peux vous aider en coaching avec une grande efficacité et rapidité.  Cliquez ici pour les détails

et les 4 précieux livres qui se retrouvent sur le lien suivant dont le très populaire intitulé « Se libérer de la dépendance affective ».
Cliquez ici pour en savoir plus

Les différentes formations en ligne qui se retrouvent en cliquant ici sont aussi des gages de renaissance heureuse.

Les 15 et 16 août, à Victoriaville, a lieu la retraite Comment être heureux-se en amour
Détails sur ce lien https://linebolduc.com/heureuxenamour

Bon ressourcement,

Line

>